Nos truffières

NOS TRUFFIÈRES 

Notre terroir

Nos truffières sont situées à Chinon, en Indre-et-Loire, dans le pays de Rabelais.
Elles sont majoritairement implantées sur des sols composés de sable calcaire. Ces sols sont uniques dans la région : ils sont appelés Les Puy du Chinonais.

Ces formations uniques dans notre régions hébergent une faune et une flore de type méditerranéen et apportent un éco-système spécifique.

Cet environment exceptionnel classé Natura 2000 favorise une maturité précoce de truffes, lui garantit une jolie forme ronde ainsi qu’un parfum doux et envoutant.

 

La méthode intégrée

Nos truffières sont cultivées selon les quatre points de la Méthode Intégrée, et en haute densité.

Nous cultivons actuellement 6 hectares de truffière en haute densité, soit un rapport d’environ 40 hectares en conventionnel.

La méthode intégrée en quatre points : 

          1 – La taille des arbres truffiers 
          2 – L’irrigation des truffières
          3 – Le travail du sol 
          4 – L’apport sporal 

 

La taille des arbres truffiers
Nous pratiquons une taille dite de « nanification » des arbres. Notre objectif et de maximiser la surface foliaire et de limiter la consommation de sucre par l’arbre. On obtient ainsi un arbre stable qui se sert de ses ressources pour nourrir la truffe.
Ce type de taille nous permet de densifier nos plantations et ainsi d’économiser des terres.
Elle nous permet aussi une meilleur gestion de l’eau : En effet, un arbre de 1.80m consomme 10 fois moins d’eau qu’un arbre de 2.60m.
Dans le contexte climatique actuel, c’est une réelle force.

 

L’irrigation des truffières
L’irrigation de nos truffières a lieu de façon régulière pendant les 3 premières années de plantation de l’arbre, pour favoriser sa reprise.  Nous opérons ensuite une mutation de notre système d’irrigation pour passer sur de la micro-aspersion. 
Nous utilisons la micro-aspersion afin de cibler des zones précises et de créer des contrastes favorables à la truffe. Nous utilisons cette irrigation pour juguler le stress hydrique afin de n’apporter que le minimum nécessaire à l’arbre. 


Le travail du sol 
Le travail du sol est effectué à la sortie de l’hiver, lorsque les sols se réchauffent. C’est un travail très léger de décompactage des sols. Nous veillons en effet à garder le sols vivants puisque nous travaillions en partenariat avec le monde sous-terrain.


L’apport sporal 
L’apport sporal consiste à s’assurer que la truffe perdure dans le milieu choisi en apportant des spores. Nous utilisons ainsi des truffes sélectionnées de façon précise (par exemple, sans maladie ou défaut génétique) afin d’assurer une production de qualité. Nous faisons en fait le travail des abeilles.

La bio-diversité

La gestion de la biodiversité

Nos truffières étant situées sur des zones riches en biodiversité, nous attachons une importance particulière à la sauvegarde de cet environnement. 

Nous n’utilisons pas de produits phytosanitaires.
Nous avons recours à des moyens simples qui favorisent le maintien et le développement de la faune et la flore. 
Par exemplen nous ne pratiquons la tonte qu’un rang sur deux, ce qui permet :

– aux fleurs de monter en graine et de se reproduire
– aux abeilles d’avoir accès à des fleurs saines à butiner
– aux perdrix de nicher grâce aux hautes herbes que nous laissons. Elles s’occupent en échange de réguler la population d’insectes sur la parcelle et ainsi d’empêcher une surpopulation de ravageur.

 

En bref,

La trufficulture est avant tout l’art de gérer la symbiose entre un arbre et un champignon. L’arbre doit être suffisamment en difficulté pour avoir besoin de l’aide de la truffe mais pas trop pour ne pas entrer dans un état végétatif.

 

Dans cette démarche, nous recherchons toujours à trouver le point d’équilibre entre le bien-être de l’arbre et du champignon.
Nous avons naturellement étendu cette philosophie à notre lieu de travail principal : la nature.